Un peu de lumière électrique pour le moral

C’est bientôt l’hiver, et un grand nombre d’entre nous peut être atteint par la cyclothymie : le moral descend dans les chaussettes à mesure que la luminosité se fait plus rare.

De nombreuses études ont montré que la luminothérapie pouvait venir en aide à ces personnes. Il s’agit de s’exposer 20 minutes par jour à peu près à une lumière électrique spéciale, qui reproduit la température de couleur d’une belle journée d’été.

Cette petite séance répétée quotidiennement influe sur la production d’hormones, responsable de notre moral. La luminothérapie est également indiquée pour le traitement des jet-lags (décalage horaire). Quand le corps ne sait plus si c’est le jour ou la nuit, une forte luminosité à heure fixe contribue à lui indiquer quel est le rythme qu’il convient de prendre pour mener à bien ses activités.

Mais en pratique ce n’est pas si simple : l’homme moderne se sent bien incapable de rester assis 20 minutes devant une lampe électrique !

D’où l’intérêt pratique de la découverte des scientifiques de l’université finlandaise de Oulu : notre cerveau, et pas seulement nos yeux, serait sensible à la lumière !

Des protéines photoréceptrices sensibles à la lumière semblent présentes dans 18 zones du cerveau. Des localisations qui sont impliquées dans la production de la sérotonine, de la mélatonine et de la dopamine, qui jouent un rôle clé dans l’humeur, le sommeil et la dépression.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la luminothérapie peut être également efficace quand le rayon lumineux est dirigé directement sur les cellules du cerveau, à travers la peau. Les chercheurs finlandais ont mis au point un dispositif qui met ce principe en pratique en utilisant l’endroit où la peau est la plus fine, à savoir le tympan.

Le Valkee

Le Valkee, baladeur de luminothérapie

 

L’appareil se présente comme un baladeur, muni de sa batterie rechargeable et de ses écouteurs, qui sont en réalité deux petites lampes. D’après le constructeur, il suffit de l’utiliser 8 minutes par jour, dans le métro par exemple, 1h30 après l’heure à laquelle on souhaite se réveiller habituellement.

Les résultats seraient tangibles après une semaine. A priori, les Finlandais savent ce qu’ils disent, puisqu’ils sont parmi les peuples les plus exposés au manque de luminosité sur la planète. Mais si vous utilisez le Valkee après avoir lu cet article, nous attendons avec impatience vos témoignages pour confirmer cela !

 

 

Remonter à la source :

Transcranial Brain Targeted Light Treatment via Ear Canals in Seasonal Affective Disorder (SAD) – a Pilot Study

 

0 commentaire

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un peu de lumière électrique pour le moral | Le groupe EDF | Scoop.it - [...] Un peu de lumière électrique pour le moral [...]

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>